Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 00:00

Comme de nombreux footballeurs en France, Robert Buigues naît et découvre le football en Algérie.

Il voit le jour à Guyotville le 9 mai 1950, dans une Algérie française. Il arrive en France à 14 ans en région parisienne après un bref passage à Six Fours.

Il découvre le football métropolitain à Aulnay sous Bois puis Juvisy. Pendant son service militaire, il rejoint Paris-Joinville en division 2 pour la saison 1970-71. Milieu de terrain défensif, il découvre le football professionnel et participe à 24 matches lors de cette première saison.

Il découvre ce niveau aux côtés de Ilija Pantelic dans les buts, Léonce Lavagne, et deux futurs coéquipiers marseillais : Jean-Pierre Tokoto et Roger Le Boedec.

En début de saison 1971-72, il aurait dû jouer cette saison avec Philippe Gondet et Gilbert Le Chenadec mais l'appel du sud est le plus fort. Il est approché par l'Olympique de Marseille qui le prêtera pour une saison à Bastia. Il retrouve Ilija Pantelic pour découvrir la division 1. Il sera associé à deux excellents milieux de terrain, Georges Franceschetti et Claude Papi. Entraîné par Jean Vincent, le club termine 9ème et finaliste de la Coupe de France. Robert sera absent de cette finale à cause d'une blessure. Il aura joué 27 matches et marquera 1 but.

Cette superbe saison lui ouvre les portes de l'OM.

L'arrivée dans un club champion n'est jamais facile et le milieu de terrain olympien est particulièrement bien fourni avec Daniel Leclercq, Jacky Novi, Georges Franceschetti, Joseph Bonnel ou Gilbert Gress. Robert réussit à s'imposer quelques fois et participe même au match aller de Coupe d'Europe des Champions : Marseille-Juventus Turin (1-0) face à Capello et Zoff.

Mais après 7 matches, 1 but en division 1 et  1 match de Coupe d'Europe, il quitte la canebière et traverse la méditérranée pour rejoindre Ajaccio aux côtés de Roland Courbis. Dès la 12ème journée, il participe à la victoire du club ajaccien contre Marseille (1-0). Il deviendra un titulaire indiscutable au milieu avec Michel Albaladejo, Claude Le Roy et François M'Pelé. Il jouera 21 matches et marquera 3 buts. Son prêt achevé, il regagne l'OM pour 3 saisons pleines.

En 1973-74, Joseph Bonnel est désormais l'entraîneur. Robert obtient sa place de milieu de terrain titulaire avec Raymond Kéruzoré et Georges Franceschetti. Tout va bien pour lui, il jouera 28 matches et marquera 5 buts en division 1, jouera 2 matches en Coupe UEFA et marquera 1 but. L'Om termine 12è et ne particpera plus à la Coupe d'Europe.

1974-75 marque une des plus belles années de Robert. Jules Zvunka lui fait confiance au milieu de terrain et le convoque 34 matches en championnat. Il marquera 3 buts et contribuera activement à la 2ème place du club, derrière Saint Etienne.

1975-76 et retour à la Coupe d'Europe pour seulement 2 matches et 2 défaites. Robert y participe. Il sera de nouveau un pilier du club et accompagnera le club dans son triomphe de la Coupe de France, face à Lyon (2-0). 32 matches en division1 et 9 buts. Le milieu de terrain devient buteur.

Cette saison sera la plus belle à ce niveau. Epuisé par la vie marseillaise, Robert rebondit à Bordeaux pour 2 saisons après 2 matches à Marseille sous la conduite de José Arribas. Sa vocation de buteur va se confirmer avec 7 buts en 1976-77 et 8 buts en 1977-78. Il s'impose au milieu de terrain sous la conduite de André Menaut puis christian Montès aux côtés de Alain Giresse, Pierino Lattuada, Raymond Camus et Philippe Goubet. Il jouera 34 matches en 1976-77 puis 36 matches en 1977-78, dans une équipe qui se bat pour son maintien en Division 1.

Le retour à Marseille 1978-79, malgré un appel du pied de Larqué au PSG, sera le début des déboires du club qui finira en division 2. Une première saison pleine et 9 buts permettent au club de finir 12ème avant que la saison 1979-80 se termine à la 19ème place, symbole de relégation. Jean Fernandez, Anders Linderoth, Philippe Piette et Didier Six sont ses compagnons d'infortune.

Victor Zvunka et Robert Buigues ne quittent pas l'avanture marseillaise en division 2 mais commence à être le symbole d'une fin de carrière. Robert reste une saison à Marseille, sans remontée dans l'élite.

Le départ se fait vers Orléans en division 2 au côtés de Richard Viot, Jacky Lemée et Bruno Germain. Ils termineront 9è, 33 matches et 9 buts au compteur pour Robert.

L'opportunité lui est à nouveau présentée de retrouver la division 1 en arrivant à Laval.

 

 

buigues9Robert Buigues à l'entraînement sur le stade Jean Yvinec

 

 

SON PALMARES :

 

SAISON CLUB DIVISION NB MATCHES NB BUTS
1986-87 POISSY 4  

 

1985-86 GRENOBLE 2 25

1

1984-85 GRENOBLE 2 30

1

1983-84 LAVAL 1 28

1

1982-83 LAVAL 1 23

3

1981-82 ORLEANS 2 33

4

1980-81 MARSEILLE 2 23

3

1979-80 MARSEILLE 1 32

3

1978-79 MARSEILLE 1 38

9

1977-78 BORDEAUX 1 36 8
1976-77 BORDEAUX 1 34 7
1976-77 MARSEILLE 1 2 1
1975-76 MARSEILLE 1 32 9
1974-75 MARSEILLE 1 34 3
1973-74 MARSEILLE 1 28 5
1972-73 AJACCIO AC 1 21 3
1972-73 MARSEILLE 1 7 1
1971-72 BASTIA 1 27 1
1970-71 PARIS JOINVILLE 2 24 0

(source : www.footballdatabase.eu)


SA REVUE DE PRESSE :

 

buigues1buigues2buigues3buigues4

 

 

 

 Football Magazine nous présente le portrait de Robert

 

 

 

 

Buigues5

 

 

 En bon capitaine, Robert accueille une recrue de choix pour l'OM : Didier Six

 

Partager cet article

Repost 0
Published by footalaligne
commenter cet article

commentaires

Contact

Supporter du Stade Lavallois ou amateur de football, je vous invite à jouer les prolongations par vos suggetions, demandes de renseignements ou juste pour discuter...

Contactez moi en activant ce lien : CONTACT

Catégories